• sldie 1
  • slide 2
  • slide 3
  • slide 4
  • slide 5
  • slide 6

bild beitreten franz

bild spenden franz

bild newsletter franz

Lesbenkongress 2015

Inspirierende lesbische Lebenswelten 
in Referaten, Workshops und Begegnungen.

Des univers stimulants de vie lesbiens 
à travers des exposés, workshops et rencontres.

Samstag 19. September, 09.00 – 17.00 Uhr
CYP Puls 5 Giessereistrasse 18 8005 Zürich

Organisationskomitee Lesbenkongress 2015: 
Theres Bachofen, Marianne Dahinden, Marianne Strebel, Anita Wymann

Zum herunterladen: Flyer mit Programm 2015

Anmeldung zum Lesbenkongress 2015

Anmeldung bitte bis 10. August 2015 über dieses Formular, per E-Mail an Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. oder ausgefüllten Flyer mit Briefpost an:

Lesbenorganisation Schweiz LOS
Monbijoustrasse 73
3007 Bern

Bei der Anmeldung, bitte Priorität für den Workshop angeben!

Der Tagungsbeitrag (inkl. Verpflegung) von CHF 90.– / CHF 70.– (AHV, IV, Stud.) ist zahlbar nach Erhalt der Rechnung.
Die Workshops finden parallel statt und werden bei grosser Nachfrage sowohl am Vor- als auch am Nachmittag angeboten.

« L’homosexualité est une faiblesse de la nature »

L’organisation suisse des lesbiennes est profondément choquée et révoltée par les propos tenus dans le Nouvelliste de ce jour par l’évêque de Sion Jean-Marie Lovey : « de nature l’être humain est sexué, masculin-féminin. Et il n’est pleinement humain que s’il vit cette complémentarité… des guérisons psychologiques existent. L’homosexualité peut être guérie…c’est une faiblesse de la nature… ». On peut désormais se poser la question, aurons-nous droit à des séances d’exorcisme ? Les prêtres à qui l’on impose le célibat sont-ils eux aussi des humains incomplets ?

En 1973, l’Association américaine de psychiatrie (AAP) a rayé l’homosexualité de sa liste des maladies mentales lors de la révision du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM). De son côté, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) – qui touche la plupart des pays du monde, tous régimes politiques ou religions confondus – a retiré l’homosexualité de son registre des maladies le 17 mai 1990.

Une fois encore, un prélat de l’église catholique offense des milliers de personnes et s’en tient à une vision moyenâgeuse de la sexualité. Prétendre que l’homosexualité est une maladie relève d’une approche digne des pires époques de notre histoire lorsqu’on mettait au bûcher les « invertis » et les « sorcières ». De tels propos incitent au rejet, à l’exclusion et précipitent toute une jeunesse dans le désespoir le plus profond. Ce type de déclaration ne peut être ressentie que comme une insulte voire une provocation par de nombreuses lesbiennes et nombreux gays, vivant dans un pays où désormais il sera de bon ton de prétendre qu’elles et ils sont malades.

A l’heure où d’autres communautés religieuses ouvrent leurs portes aux personnes homosexuelles, l’église catholique se barricade derrière ses dogmes anachroniques et fait preuve d’une irresponsabilité outrageante. Nous condamnons vivement ces propos et espérons que l’évêque saura trouver les mots pour corriger ce que nous appelons un dérapage volontaire dans un esprit d’apaisement à quelques semaines de la Pride Valais/Wallis qui se tiendra à Sion.

Barbara Lanthemann

Secrétaire générale de l’organisation suisse des lesbiennes LOS

Lesbophobie

IDAHOT 2015

L’organisation suisse des lesbiennes célèbre la journée internationale contre la lesbophobie, l’homophobie et la transphobie.

Définition :

Fait d'être lesbophobe, c'est-à-dire de cultiver une aversion, une peur maladive de l'homosexualité uniquement féminine, attitude particulièrement hostile d'un individu à l'encontre des lesbiennes.

Dans ce contexte, nous tenons à souligner l’importance des mots pour combattre efficacement les discriminations subies par toutes les personnes concernées.

La lesbophobie est une discrimination doublement pernicieuse car elle inclut deux formes de discriminations. Celle à l’encontre des femmes et celle à l’encontre des lesbiennes.

Souvent, la presse relate les actes de discrimination, de violence ou de crimes de haine à l’encontre des gays, oubliant celles commises à l’encontre des femmes homosexuelles. Les affiches, les campagnes de sensibilisation sont souvent dirigées uniquement envers les hommes homosexuels.

Une étude réalisée par l’association française SOS homophobie démontre pourtant clairement que de nombreuses femmes sont victimes de lesbophobie.

http://www.sos-homophobie.org/enquete-sur-la-lesbophobie-edition-2015/enquete-sur-la-lesbophobie-edition-2015

Les résultats sont marquants : les lesbiennes sont très peu visibles.La visibilité par la parole est très peu développée : seules 26 % des répondantes parlent à tou-te-s les membres de leur famille et 18 % parlent à tou-te-s leurs collègues.La visibilité par les gestes dans l’espace public est quant à elle très contrôlée: plus de la moitié des répondantes font attention au contexte où elles se trouvent avant de tenir la main de leur partenaire ou de l’embrasser, et pour 63 % d’entre elles cette attitude s’explique par la peur des réactions hostiles.

Les témoignages sur la lesbophobie permettent de comprendre cette peur.Près de 60 % des répondantes ont vécu au moins un acte lesbophobe au cours des 2 années précédant l’enquête. Parmi elles, 13 % déclarent y avoir été confrontées régulièrement.L’espace public apparaît comme un milieu hostile : 45 % des violences s’y déroulent, faisant de ce lieu le premier contexte de lesbophobie. La famille et le travail sont aussi des environnements lesbophobes régulièrement rapportés, concernant respectivement 14 % et 11 % des témoignages.

Autres liens utiles :

http://www.cestcommeca.net/definition-hp-lesbophobie.php

http://www.osezlefeminisme.fr/article/la-campagne-stop-lesbophobie-continue

IDAHOT 2015

 

https://www.facebook.com/pages/Idahot-Suisse-Schweiz-Svizzera/1481720878747535

IDAHOT 2015

Friedlich-fröhliche IDAHOT-Demonstration am Samstag Abend in München - auch dieTrans*Tagung Münchenund dieTranstagungCHwaren dabei.... Und wir haben schon tüchtig für unsere Tagung "So trans - so what" am 5. und 6. September 2014 geworben!

http://www.telebaern.tv/118-show-news/4236-episode-samstag-16-mai-2015/7775-segment-aktion-vor-tag-gegen-homophobie

Merveilleuse exposition au local Alpagai à Sion, association LGBT valaisanne. Belle soirée en présence du président de la ville de Sion Matcel maurer et du conseiller national Mathias Reynard.
Émotions et sincérité, une exposition de toute beauté à voir absolument
Bravo et merci à toute l'équipe

http://www.canalalpha.ch/actu/des-calins-pour-lutter-contre-lhomophobie/

Des câlins pour lutter contre l’homophobie

Samedi, lors de la journée internationale contre l’homophobie, l’association Togayther câlinera les passants de la Place Pury. L’objectif étant de briser, avec tendresse, un tabou. Anthony Rose a du mal à parler de son homosexualité au travail. Raison pour laquelle, l’association dont il fait partie avec Allison Kay Inosanto propose des rencontres régulières avec la population, afin que les intérêts et droits des homosexuels, bisexuels ou transgenres soient défendus.

https://www.facebook.com/AchtungLiebeSchweiz

IDAHOT 2015 am 17. Mai 2015 auch mit den HAB:
Konzert zum internationalen Tag gegen Homophobie und Transphobie um 17 Uhr in der Thomaskirche Liebefeld.

Werke von Benjamin Britten, Johann Rosenmüller, Franz Schubert, Ethel Smyth...
Eintritt frei, Kollekte

Teilnehmende der HAB treffen sich um 16.45 Uhr vor der Thomaskirche am Buchenweg in Liebefeld zum gemeinsamen Besuch des Konzerts. Eine Anmeldung ist nicht erforderlich.

https://www.facebook.com/events/701015406674053/

 

In der ganzen Schweiz läuft etwas - Il se passequelque chose dans toute la Suisse!

Assemblée générale LOS - 18.04.2015 - Communiqué de presse

L’organisation suisse des lesbiennes a tenu samedi 18 avril son assemblée générale à Zürich

L’invitée d’honneur à cette assemblée, Claudine Esseiva, secrétaire générale des femmes libérales-radicales suisses et candidate au conseil des Etats pour le canton de Berne cet automne, a présenté avec force et conviction son engagement de femme au sein de la politique et de l’économie suisse. Elle a encouragé les femmes présentes à s’engager davantage encore afin de mieux défendre les intérêts de toutes les femmes en Suisse, quelle que soit leur orientation sexuelle.

L’assemblée a ensuite approuvé les comptes 2014 et le budget 2015 à l’unanimité, remerciant chaleureusement le comité réduit à trois femmes en 2014 et soutenu par la secrétaire générale.

Avec la démission de Regina Moser, co-présidente de l’organisation ces quatre dernières années, l’organisation devait impérativement trouver de nouvelles forces pour poursuivre son travail sur la scène Lesbienne de Suisse. Deux nouvelles co-présidentes ont été élues ce samedi, Domenica Priore de Zürich et Vroni Eschler de Berne. Elles ont été accueilles avec enthousiasme pour reprendre, avec Theres Bachofen de Zürich et Maya Burkhalter d’Orbe, les activités multiples et variées de la LOS.

Cette année 2015 sera politiquement chargée au vu des nombreux sujets traités au parlement et qui concernent les femmes homosexuelles et bisexuelles de Suisse.

L’organisation suisse des lesbiennes soutiendra activement les candidates aux élections fédérales qui s’engageront en faveur des droits LGBT. A cet effet, elle s’associe au projet de la Commission fédérale pour les questions féminines CFQF et des associations féminines faîtières suisses représentées dans la CFQF « Votez femmes ! Frauen Wählen ! » dont le lien se trouve aujourd’hui déjà sur le site de l’organisation www.los.ch

Contact :

Barbara Lanthemann, secrétaire générale LOS 079 259 39 47 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">

Plus d'articles...